DIVERTISSEMENTS

  • Bars : petits, carrés ou rectangulaires, en extérieur parfois, la bière y coule à flot. Il en existe peu à Bangkok, mais énormément à Pattaya et beaucoup à Phuket, Koh Samui et Chiang Maï. Propices aux rencontres. Il n’est pas inutile de rester lucide, les hôtesses n’attendent qu’une chose, c’est qu’un client s’intéresse à elles une nuit, ou plus…
  • Boites de nuit : elles ressemblent beaucoup à celles bien de chez nous. Juste un peu plus cosmopolites. Les Allemands boivent entre eux, les Italiens font les beaux sur la piste, les Américains se plaignent qu’il fait trop chaud, ou trop froid, et les Français… ont les coudées franches pendant ce temps-là.
  • Gogos : surtout à Bangkok, sinon à Pattaya ou à Phuket. Ce sont des espaces clos, avec une piste de danse en hauteur et sur laquelle quelques filles se trémoussent en string (pour les plus habillées). Les clients boivent et parlent avec les danseuses au repos, qui se transforment régulièrement en hôtesses. En échange de quelques billets, la transformation peut passer à un autre niveau dans un endroit plus tranquille. ‘ensemble n’est pas très moral, mais la majorité des clients viennent simplement passer ici une soirée, pour étancher leur curiosité, et sans pour autant entrer dans le business sous-entendu par le nom de l’endroit.
  • Restaurants : délicieuse cuisine thaïe !. Elle est certes très épicée, mais les épices sont souvent servies à part, à vous de ne pas dépasser la dose. Essayez les plats courants (pat thaï, Kao man Kai; les soupes et les fruits de mer) et, si votre budget le permet, laissez-vous tenter par la cuisine royale (recettes anciennes) que l’on propose dans les meilleurs restaurants.
  • Sex shows : essentiellement à Patpong et à Bangkok. Ils se déroulent à l’étage, une curieuse loi interdisant en Thailande les spectacles de nu au rez-de-chaussée… Des rabatteurs sillonnent la ville pour vous vanter les mérites des différents établissements. Attention, une vieille habitude a la vie dure : elle consiste à apporter une note astrono­mique au client en fin de show, douloureuse et sans grand rapport avec sa consom­mation effective… sauf celle des yeux, peut-être. Sans être systématique, c’est courant, donc attention au nombre de .shows que vous aurez vus. La parade consiste à demander des précisions avant de vous installer. Si le mal est fait, plusieurs solutions :

1) Pousser une gueulante. Mais vous avez intérêt à être plusieurs, les videurs étant généralement monstrueux.

2) Négocier le prix, lequel sera alors très nettement revu à la baisse – tout en restant une belle arnaque.

3)Garder le sourire, payer la note prévue et jouer l’idiot parfait ne comprenant rien à rien, et d’ailleurs pas un seul mot d’anglais. Ca marche, avec cependant parfois une variante à cette solution, lorsque l’un des videurs se rapproche de vous avec en main une solide batte de base-ball. Passer alors d’urgence à la solution n°2.

Partager :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • MisterWong
  • Reddit
  • Add to favorites
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Facebook
  • Twitter
  • Tumblr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *