KO SI CHANG

tous les hotels de ko si changUn saut à l’île de Ko Si Chang vous permettra d’échapper un ou deux jours à la fièvre de Bangkok. Il n’y a qu’une ville, le reste de cette petite île est pratiquement désert et amusant à explorer. Sa population est constituée de pêcheurs, de marins en exercice ou en retraite et de fonctionnaire des douanes ou attachés à l’un des projets d’aquaculture de l’île. On parle de construire un port en eau profonde, mais jus­qu’à présent Ko Si Chang est restée vierge de toute implantation industrielle portuaire.

VOIR TOUS LES HOTELS DE THAILANDE

A voir et à faire ?

Le Yai Phrik Vipassana Centre est un ermi­tage où vont méditer les moines de toute le Thaïlande. Grottes et huttes de pal­mier sont essaimées le long de la crête cen­trale de l’île. Leur découverte est inté­ressante, mais veillez à vous en approcher avec discrétion et respect. Faites, par ailleurs, attention à ne pas tomber dans un puits de calcaire, car certains sont presque entièrement recouverts de végétation. hotels partout en thailande

Sur le versant opposé de l’île, face à la mer, quelques plages agréables permettent de profiter des joies de la mer. Attention aux oursins et à la marée ! Ne vous atten­dez pas à trouver une eau limpide, d’un bleu turquoise, et un sable blanc immaculé. La proximité des zones de pêche et des voies de navigation explique la situation. Les plages sont plus ou moins propres selon les courants marins et la saison. Si vous êtes amateur de belles plages, mieux vaut rejoindre Ko Samet, plus au sud-est.

Retirée, la plage de Hat Tham (également appelée Hat Sai) est accessible en suivant un embranchement de la route circulaire, à l’arrière de l’île. A marée basse, une bande de sable est accessible. A l’extrémité de la petite baie, on peut visiter une grotte par­tiellement submergée. Une plage plus fré­quentée, et en général moins propre, s’étend à la pointe ouest près du vieux palais. C’est Hat Tha Wang où les insulaires et les Thaï­landais du continent viennent pique-niquer.

Le palais a servi de résidence d’été au roi Chulalongkorn (Rama V), mais il fut aban­donné après la brève occupation de l’île par les Français en 1893. Il reste peu de chose des divers bâtiments. La salle du trône—une magnifique structure en teck doré, appelé Vimanmek — a été transportée à Bangkok en 1910, mais l’escalier qui y conduisait est encore en place. Si vous grimpez ces marches jusqu’à la crête de la colline domi­nant Tha Wang, vous rencontrerez une pierre enveloppée d’un linge sacré. Elle s’appelle le « rocher cloche », parce que si on la frappe avec une pierre ou un bâton, elle rend un son de cloche. De part et d’autre du rocher se dressent deux chédis en ruine. Celui de gauche, le plus grand, abrite le Wat Atsadangnimit; une petite chambre où le roi Chulalongkorn méditait. Le bouddha qu’il renferme, vieux de 50 ans, est l’œuvre d’un moine qui vit dans l’ermitage.

Non loin du Wat Atsadangnimit, une grande grotte appelée Tham Saowapha s’enfonce profondément dans l’île. Si vous avez une torche, elle peut être intéressante à explorer.

A l’est de la ville, en haut d’une colline dominant la mer, se dresse un temple chi­nois, San lao Phaw Khao Yai. Au nouvel an chinois, en février, l’île est envahie de visi­teurs chinois. Les grottes sanctuaires, les niveaux différents, un beau panorama sur Si Chang et l’océan font de ce temple chinois l’un des plus intéressants de Thaïlande. L’ascension depuis la route en contrebas est longue et abrupte.

Comme la plupart des îles du littoral oriental, Ko Si Chang est à son avantage en semaine ; le week-end, la foule peut être nombreuse.

Partager :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • MisterWong
  • Reddit
  • Add to favorites
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Facebook
  • Twitter
  • Tumblr
This entry was posted in hotel Bangkok. Bookmark the permalink.

One Response to KO SI CHANG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *