La production d’automobiles en Thaïlande interrompue pendant une semaine de plus.

Toyota a déclaré que la production de ses trois usines locales seraient interrompues jusqu’au 22 octobre parce qu’il ne pouvait pas obtenir des pièces. Le plus grand constructeur automobile du pays avait initialement prévu de rouvrir ses usines de Bangkok aujourd’hui.

Honda, quant à lui, a dit que son usine d’Ayutthaya serait fermé jusqu’au 21 octobre. L’unité locale du constructeur  japonais a suspendu ses opérations le 5 octobre en raison d’une pénurie de pièces, précédant les inondations qui ont balayé son usine de Rojana (parc industriel) le week-end dernier.

L’usine de motos Honda dans le domaine industriel de Lat Krabang a été fermée depuis  mercredi dernier jusqu’au lundi. Honda décidera lundi pour le redémarrage de la production à l’usine, a déclaré Pitak Pruittisarikorn, le vice-président exécutif de Honda Automobiles (Thaïlande).

« Nous ne savons pas encore quand la société sera en mesure de reprendre la production à l’usine Rojana, selon la situation des inondations dans les prochaines semaines et combien de temps avant que l’eau se retire », at-il dit. « A l’heure actuelle nous ne pouvons pas estimer l’impact sur notre production et sur les objectifs de vente cette année. »

La Chambre de commerce japonais (JCC) à Bangkok a exhorté le gouvernement hier de mettre tous les efforts pour faire baisser les eaux de crue, au plus tard au milieu du mois prochain.

S’exprimant après une réunion avec la Fédération des industries thaïlandaises (FTI), JCC directeur Shigekazu Shibata dit que certains des membres du CCM 1370 avait été directement touchés par les pénuries de matériaux et de fournitures.

M. Shibata, directeur général de Toshiba a également déclaré que 10 des 11 usines de Toshiba en Thaïlande avait été fermé mardi, et la décision sera prise sur le moment de relancer la production.

« Actuellement, les eaux de crue sont trop élevé et les entreprises ne peuvent pas déplacer les machines de leurs usines», a-t-il dit.

Setsuo Iuchi, directeur général de l’ASEAN et de l’Asie du Sud à l’Organisation japonaise du commerce extérieur, a déclaré que si les inondations persistent, les investisseurs japonais pourraient commencer à voir la Thaïlande comme un endroit risqué.

« Bien sûr, une catastrophe naturelle est l’un des facteurs de préoccupation pour les investisseurs étrangers », a t-il dit. “Toutefois, il est encore trop tôt pour dire au moment où les inondations de cette année incitera les investisseurs japonais à penser que la Thaïlande est un endroit risqué.

Après la décrue, les sociétés japonaises de petites et moyennes entreprises auront besoin de soutien financier auprès des banques thaïlandaises, en plus de l’aide des sociétés mères. L’aide financière devrait également être proposée aux PME japonaises, a déclaré M. Iuchi.

Payungsak Chartsutthipol dit que certains secteurs, notamment la haute technologie électronique a été durement touchée, et cela peut prendre jusqu’à 10 mois pour récupérer complètement.

Cette longue période pourrait mettre 30-40% des travailleurs employés dans les zones industrielles telles que Rojana et Saha Rattananakorn au chômage.

Partager :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • MisterWong
  • Reddit
  • Add to favorites
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Facebook
  • Twitter
  • Tumblr

Technorati Tags: ,

This entry was posted in actualite thailande BANGKOK and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *