Le probleme de l’opium dans le nord de la Thailande

Certains guides, à l’heure actuelle, interdisent formellement de fumer de l’opium au cours des randonnées.
Cette mesure semble s’imposer quand on sait que les agences ont eu de gros problèmes ces dernières années avec des guides drogués ! Les travailleurs sociaux en contact avec les tribus constatent également que fumer de l’opium constitue un mauvais exemple pour la jeunesse des villages. L’opium est un vice que l’on pardonne traditionnelle¬ment aux personnes âgées, mais un nombre croissant de jeunes des villages prennent aujourd’hui de l’opium ou de l’héroïne. Les randonneurs ne contribuent pas à résoudre ce pro¬blème en fumant une fois avec eux, alors qu’ils se retrouveront plusieurs semaines après à des centaines de kilomètres de là, tandis que les villageois sont tentés chaque jour. Parmi les effets néfastes liés à la consommation régulière de l’opium, on peut citer la diminution notoire de la main d’oeuvre masculine et par conséquent, une charge de travail excessive pour les femmes (la plupart des accros à l’opium sont les hommes), ainsi que la réduction généralisée de la production agricole. Aujourd’hui, face à l’héroïne et aux amphétamines qui circulent dans certains villages, la consommation d’opium semble un moindre mal.
Partager :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • MisterWong
  • Reddit
  • Add to favorites
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Facebook
  • Twitter
  • Tumblr

Technorati Tags:

This entry was posted in actualite Thailande and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *