Sejour sur l’ile de Koh Samet

 

Au début des années 80, de jeunes Thaï­landais venaient ici pour fuir la vie urbaine. A cette époque, il n’y avait qu’une quaran­taine de maisons sur l’île, construites par des pêcheurs et des gens de Ban Phe. Mais les spéculateurs de Bangkok et de Rayong ont vite vu l’intérêt qu’ils pouvaient tirer de Ko Samet et ont commencé à acheter toutes les terres littorales, personne ne semblant se soucier du fait que Ko Samet, comme Laem Ya et d’autres îles proches, faisait partie d’un parc national (l’un des sept parcs marins existant en Thaïlande) depuis 1981.

L’afflux croissant des étrangers sur Ko Samet a obligé la Division des parcs natio­naux non seulement à construire un bureau d’accueil des visiteurs sur l’île, mais aussi à faire déplacer tous les bungalows derrière la lisière des arbres et à prélever un droit d’entrée au parc.

De 5 B initialement, l’entrée est passée à 50 B, puis on l’a baissée à 20 B. Chaque plage prélève ce droit d’entrée. L’île accueille à présent beaucoup de véhicules, les liaisons en bateau sont plus fréquentes et le ravitaillement en eau s’est amélioré. En effet, Ko Samet est une île aride (ce qui en fait une destination intéressante à la saison des pluies) et il n’y a pas toujours eu de quoi se laver dans les centres de vacances ! En raison de la loi interdisant la construc­tion de nouveaux établissements (sauf sur le site d’anciens hôtels ou assimilés), pour l’instant les bungalows sont peu nombreux et se concentrent principalement sur la côte nord-est. Les plages sont vraiment belles et le sable, le plus blanc de Thaïlande. On y fait un peu de surf (surtout en décembre et janvier).

En dépit de ‘la protection de la Division des parcs nationaux, Na Dan et Hat Sai Kaew sont assaillies par les promoteurs immobiliers. Des monceaux de gravats et de matériaux de construction ont réellement ôté du charme au nord de l’île qui, hormis cette partie, reste très plaisante. Elle devient surpeuplée au moment des congés thaïlan­dais : début novembre (fête de Loi Kra­thong), 5 décembre (anniversaire du roi), 31 décembre et 1er janvier (nouvel an), deuxième quinzaine de février (nouvel an chinois), mi-avril (fête de Songkran).

Septembre est le mois le plus calme, mars le plus actif. A toute époque, les Thaï­landais sont les plus nombreux, mais beau­coup ne restent qu’une journée et se cantonnent à Hat Sai Kaew ou à Ao Wong Deuan, les hébergements les plus luxueux.

A deux occasions, le Département fores­tier a fermé le parc à tous les visiteurs, pour tenter d’enrayer le grignotage des terres, mais sous la pression des patrons de centres de vacances il a dû le rouvrir.

Un moratoire sur la construction a été décidé pour protéger la forêt de l’intérieur de l’île.

Partager :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • MisterWong
  • Reddit
  • Add to favorites
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Facebook
  • Twitter
  • Tumblr

Technorati Tags:

This entry was posted in hotel koh samet and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *