Province de Nakhon Si Thammarat

La majorité de cette grande province méri­dionale de Thailande est couverte de montagnes escar­pées et de forêts où, jusqu’à une date récente, s’étaient réfugiés les derniers insur­gés communistes.

La province est baignée à l’est par le golfe de Siam, et son économie repose sur la pêche et l’élevage des crevettes. Sur la côte nord s’étendent plusieurs belles plages : Khanom, Nai Phlao, Tong Yi, Sichon et Nin Ngam.

Dans l’intérieur du pays, on pourra voir plusieurs grottes et cascades, dont la cas­cade de Phrom Lok, la grotte de Thong Phannara et la cascade de Yong.

En dehors de la pêche, les habitants se consacrent à la culture du café, du riz, de l’hévéa et des fruits (surtout le mongkind ou mangoustan).

Au centre de la province, un parc naturel de 570 km2 entoure le Khao Luang (1 835 m), le point culminant de la péninsule. Il est réputé pour ses magnifiques promenades en montagne et en forêt, ses torrents d’eau fraîche, ses cascades et ses vergers. A l’ouest, avec ses autres pics ignés ou boisés, le parc de Khao Luang constitue une bar­rière naturelle qui alimente le Rapi. La population locale pratique un type d’agri­culture unique, appelé siian rom (jardin ombragé ou ferme ombragée). Au lieu de déboiser la forêt, les habitants de la région laissent se développer çà et là un grand nombre d’arbres locaux. Grâce à des tiges de bambous ou de polyvinyle savamment placées, ils parviennent à irriguer ce verger diversifié sans recourir à l’usage de pompes.

La faune inclut des panthères longi­bandes, des tigres, des éléphants, des ban­tengs, des gaurs, des tapirs, des serows, des porte-musc, des macaques, des civettes, des binturongs, des mangoustes de Java et plus de 200 espèces d’oiseaux. En outre, plus de 300 variétés d’orchidées (dont plusieurs sont endémiques) végètent sur le sol du parc.

Il n’existe encore aucune possibilité de logement dans le parc comme il y a dans la province de Phuket, sauf peut-être le camping, autorisé le long du chemin qui conduit au sommet du Khao Luang. Vous pourrez vous loger et vous restaurer dans l’un des quelques bungalows privés et cafés qui bordent la route menant aux bureaux administratifs du parc.

Technorati Tags:

Posted in actualite Thailande, Nakhon Si Thammarat, presentation Thailande | Tagged | Leave a comment

Chemins de randonnée dans le parc de Khao Luang en Thailande

Si les possibilités d’hébergement sont encore insuffisantes par rapport a Phuket, le parc compte plusieurs che­mins de randonnée écologiques. De l’admi­nistration du parc, près de Lan Saka, vous pourrez marcher 2,5 km à travers la dense forêt tropicale pour gagner le sommet des chutes de Karom (à 25 km de Nakhon Si Thammarat), à l’écart de la route 4015. Tous les 500 m environ, vous trouverez un abri et des bancs. Pour accéder aux chutes de Krung Ching, qui s’élèvent sur sept niveaux, il vous faudra partir de Nopphitam, au nord-est du parc, et prendre le sentier naturel Krung Ching donnant sur la route 4140. La randon­née dure une demi-journée. Vous passerez devant un massif, constitué de la plus grande fougère du monde, un vieux repaire de rebelles communistes, Tham Pratuchai (une grotte également occupée par les com­munistes) et une forêt de mangoustans. Le sentier est également bordé d’abris et de bancs. C’est en novembre, juste après la saison des pluies, que les chutes sont les plus impressionnantes.Demandez des renseignement a votre hotel de Phuket.

Un chemin plus ardu mène d’un parking situé près de Khiriwong au sommet du Khao Luang. La randonnée dure 14 heures et il est préférable de la répartir sur deux jours ou plus. La nuit, la température au sommet peut descendre jusqu’à 5°C. Il est donc conseillé de se munir de vêtements chauds et de bons sacs de couchages dans la mesure du pos­sible. A 600 m d’altitude, le Kratom Suan Sainan offre quelques abris rudimentaires et marque la limite supérieure des plantations de fruits. Au cours de la saison sèche, vous pourrez camper près d’un cours d’eau à Laan Sai, à environ 6 heures du parking. Si vous continuez à marcher pendant 4 heures, sur un tronçon très pentu du chemin, vous pénétre­rez dans une forêt peuplée de rotins, d’or­chidées, de rhododendrons, de fougères et de chênes rabougris. De là, il faut compter encore 3 heures de marche pour arriver au sommet, où, si le temps le permet, vous serez récompensé de vos efforts par une vue spec­taculaire sur les montagnes stratifiées.

Pour mieux apprécier votre randonnée, et pour plus de sécurité, vous pouvez louer les services d’un guide auprès du Kiriwong Village Ecotourism Club, à Khiriwong. Pour 1 700 B par personne, les villageois organiseront une randonnée de 2 à 3 jours incluant la nourriture, les porteurs (jusqu’à 12 kg par personne) et les guides. Ces der­niers vous feront découvrir des fleurs et des animaux devant lesquels vous ne vous seriez pas arrêtés de votre propre chef. Il est recommandé d’effectuer cette randonnée entre les mois de janvier et mai, lorsque les chemins sont secs et les sangsues moins nombreuses. En effet, lorsque les précipita­tions sont abondantes, le chemin peut être impraticable pendant plusieurs jours.

Deux fois par an, les villageois proposent une ascension spéciale aux groupes de tou­ristes. Renseignez-vous auprès du bureau TAT de Nakhon Si Thammarat.

Comment s’y rendre ?

Pour accéder au parc, prenez un songthaew (25 B) de Nakhon Si Thammarat au village de Khiriwong, au pied du Khao Luang. L’entrée du parc et des bureaux du Royal Forestry Department se trouve à 33 km du centre de Nakhon. Il faut emprunter la route 4015, une voie d’asphalte dont la dénivel lation atteint 400 m sur 2,5 km jusqu’aux bureaux et 450 m jusqu’au parking.

Technorati Tags: , ,

Posted in Nakhon Si Thammarat | Tagged , , | Leave a comment